Accueil Espace presse Interventions de la FBF Intervention de Pierre de Lauzun sur l'Union bancaire  
 
 
 

Infos  

 
19 décembre 2013

Intervention de Pierre de Lauzun sur l'Union bancaire

Extraits de l'interview de Pierre de Lauzun, Directeur général délégué de la FBF, sur BFM Business le 19 décembre 2013 dans l'émission "Les décodeurs de l'éco".

 

Jean-Baptiste HUET

"L'union bancaire va comporter trois piliers. D'abord, un superviseur unique. [...] Ensuite, le mécanisme de résolution, une autorité chargée de décider, si une banque est en difficulté, s'il faut prononcer une faillite, mettre la main au portefeuille. Dans ce cas, il faudra avoir recours au troisième pilier, le fonds de résolution [...] qui doit être abondé dans chaque Etat par les banques. C'est sur ce troisième pilier que portent certaines interrogations : Est-ce que certaines banques vont devoir payer plus que d'autres, les grosses plus que les petites ? Là-dessus, rien n'est tranché."

Pierre de LAUZUN

"Nos banques ont très bien traversé la crise. La supervision française, assurée par la Banque de France et la Commission bancaire à l'époque, n'ont pas démérité. Nous craindrions que parce que nous avons les plus grosses banques, ce soit elles qui payent l'essentiel. Alors, vous me direz c'est du calcul, c'est nos intérêts. Oui, mais dès qu'on puise dans nos résultats, on diminue nos fonds propres, si on diminue nos fonds propres, on diminue notre capacité à faire du crédit."

Jean-Baptiste HUET

"A quel moment va intervenir ce fonds de résolution ? Car, si une banque doit se renflouer, ses actionnaires, ses créanciers, ses déposants doivent être mis à contribution avant [...]."

Pierre de LAUZUN

"Ce fonds-là ne doit jouer qu'un rôle totalement secondaire. Nous trouvons qu'on lui fait jouer un rôle trop important et qu'il faut beaucoup plus faire payer les créanciers de la banque concernée. Parce qu'après tout, s'ils ont travaillé avec une banque qui a des problèmes, c'est leur responsabilité."

Jean-Baptiste HUET

"Enfin, il reste encore un dossier sur lequel les partenaires européens doivent se mettre d'accord, c'est l'utilisation du mécanisme européen de stabilité, qui fait figure en fait d'ultime filet de sécurité. [...]"

 
 
 
 
Retour haut de page