2 Min

Interventions

Laurent Mignon, président de la commission climat de la FBF, a répondu aux questions du Figaro

Dans un entretien publié ce lundi 18 octobre dans Le Figaro, Laurent Mignon, président de la commission climat de la FBF est revenu sur l’engagement des banques françaises pour le climat. Depuis 2015 et la signature de l’Accord de Paris, elles ont chacune transformé leurs modèles d’affaires pour s’aligner le plus rapidement possible aux objectifs climatiques et accompagner leurs clients dans leur transition énergétique.

Suite à la signature de l’Accord de Paris en 2015, les banques françaises ont en effet chacune mis en place des politiques propres ambitieuses visant à accélérer le financement des énergies renouvelables tout en se désengageant des secteurs les plus émetteurs, « Les banques françaises sont parmi les plus engagées dans la transition énergétique, et ont toutes placé le changement climatique au cœur de leur stratégie ».

Cet entretien a surtout été l’occasion d’annoncer un engagement des 6 grandes banques françaises sur le non conventionnel : dès janvier 2022, elles ne financeront plus les projets dédiés et les entreprises dont la part d’hydrocarbures non conventionnels dans l’exploration et la production (pétrole de schiste, gaz de schiste et sables bitumineux) serait supérieure à 30 % de leur activité. « Elles sont les premières au monde à prendre un engagement de cette ampleur » !

L’engagement des banques françaises pour le climat est donc concret. Elles sont le moteur d’une transition qui pour être globale et durable doit être socialement responsable « Nous devons sortir progressivement des énergies les plus polluantes. Un changement brutal poserait de nombreux problèmes car les économies ne sont pas encore en mesure de se passer des énergies fossiles. »

Les banques françaises continueront d’accompagner leurs clients dans leur transition vers une économie bas carbone.

Pour (re)lire l’article

0 document sélectionné

Partager cet article