Accueil Espace presse Communiqués La réforme du Livret A envisagée pourrait pénaliser le financement de l’économie  
 
 
 

Communiqué de presse  

 


La réforme du Livret A envisagée pourrait pénaliser le financement de l’économie

Les banques françaises attirent l'attention sur l'importance de la décision qui sera prise en matière de taux de centralisation du Livret A, au regard de leur capacité à prêter à l'économie. En effet, les fonds collectés par les banques au titre du Livret A doivent contribuer à la fois au financement du Logement Social à travers la CDC et à celui des TPE PME. Il est donc indispensable que le taux de centralisation à la CDC corresponde aux seuls besoins réels du logement social. Sinon, le crédit s'en trouverait mécaniquement pénalisé.


Ce serait d'autant plus inopportun que la nouvelle réglementation prudentielle aura déjà un impact négatif sur la distribution du crédit à cause des contraintes supplémentaires en termes de fonds propres et de liquidité qui s'imposeront aux banques. Dès lors, la proposition avancée par les pouvoirs publics d'augmenter le taux de centralisation jusqu'à 70% ne saurait convenir.


Les banques françaises sont fortement mobilisées pour le financement de l'économie. L'encours de crédits octroyés par les banques françaises a augmenté de + 3,6% sur un an à fin octobre, selon les derniers chiffres de la Banque de France. Cette évolution est plus du double des prévisions de croissance en France pour 2010 (+ 1,4%) et elle est avec l'Italie la meilleure performance constatée en Europe. La progression est particulièrement marquée pour les crédits immobiliers des particuliers (+ 6,8%) et les crédits aux TPE/PME(+ 4,9 %).

CONTACT

Benoît Danton
email : bdanton@fbf.fr
Tel : +33 (0)1 48 00 50 70

 
Retour haut de page