< 1 Min

Interventions

« Une chose est sûre, la lutte contre le changement climatique est juste, et les banques françaises sont résolument engagées dans la transition énergétique », Laurent Mignon, Président de la commission Climat de la Fédération bancaire française (FBF)

Laurent Mignon, Président de la commission Climat de la FBF et Président du directoire du Groupe BPCE a répondu aux questions de Muriel Motte, pour L’Opinion.

Comme les ONG, les banques françaises partagent l’objectif de l’Accord de Paris. Elles sont engagées vers cet objectif, et ont d’ores et déjà mis en place pour l’atteindre des politiques ambitieuses et des actions concrètes et mesurables reconnues, notamment par des agences spécialisées, qui placent systématiquement les banques françaises dans le « top des classements mondiaux ».

Par ailleurs, en 2019, le portefeuille des banques dans le financement des énergies renouvelables atteint 41 md€, un chiffre en hausse de 57% sur 3 ans, là où le secteur lui-même n’a connu une croissance que de 26% sur la même période. Ce chiffre de 41 md€ dans le financement des énergies renouvelables est à mettre en regard de l’encours de prêts accordés, par les banques françaises, à des entreprises exposées au charbon, qui atteint 2,3 milliards d’euros (soit 0,18% seulement de leur portefeuille de prêts aux entreprises). Les banques françaises ne financent plus de nouveaux projets dans le charbon, et se sont toutes engagées à sortir de ce secteur d’ici à 2030 dans les pays de l’OCDE, et 2040 hors de l’OCDE.

Pour relever ce défi, les banques françaises ont également accéléré ces dernières années. Elles sont des acteurs engagés pour la transition écologique sur tous les plans : en tant qu’entreprises, que financeurs de l’économie, mais aussi des projets des particuliers. La transition est en cours, et les banques sont un maillon de la chaîne menant à l’objectif de l’Accord de Paris.

Retrouvez l’interview de Laurent Mignon dans L’Opinion : https://bit.ly/2HDlIsZ

0 document sélectionné

Partager cet article