2 Min

Interventions

La FBF présente aux REAix 2022

Dans le cadre des 22èmes Rencontres Économiques organisées par le Cercle des économistes à Aix-en-Provence du 8 au 10 juillet, Maya Atig, Directrice générale de la Fédération bancaire française, participait samedi 9 juillet au débat « Définir une trajectoire économique inclusive et durable » aux côtés d’Elisabeth Moreno, ancienne Ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chance, Philippe HEIM, Président du Directoire de La Banque Postale, Nicolas NAMIAS, directeur général Global Financial Services, membre du directoire de BPCE – Natixis, Paul HUDSON, directeur général de Sanofi, S ISWARAN, Ministre des Transports et des Relations commerciales de Singapour.

Des échanges qui ont mis en lumière la volonté d’agir collectivement pour une transition inclusive et durable ; la nécessité d’être plus précis sur les actes à accomplir, sur leur répartition et sur leur financement, en se fondant sur des scénarios crédibles.  Les institutions financières sont déterminées et engagées pour accompagner cette transition, notamment à travers les engagements de la Net Zero Banking Alliance.

Revoir le débat sur le site des Rencontres Économiques.

De plus, Maya Atig a participé à l’un des plateaux de Philippe Mabille pour La Tribune, sur les thèmes qui font l’actualité – pouvoir d’achat, inflation, situation des taux.

Les dirigeantes Cécile Béliot (Groupe Bel) et Sylvie Jéhanno (Dalkia) ont illustré les enjeux que cela représente pour la gestion de leurs entreprises, et la nécessité de concilier ces adaptations avec la transformation majeure à mener pour la transition énergétique. Réorienter, investir, innover, négocier…

Dans un contexte d’incertitude très important, la solidité financière et la proximité sont un atout : les trésoreries des entreprises et des ménages se sont maintenues à un bon niveau, la dette nette des entreprises ayant augmenté de moins de 1% ; le risque avéré reste faible, les incidents de paiement sont maîtrisés. La banque de proximité à la française permet de répondre aux situations très variées des entreprises.  

La situation des ménages a également été évoquée. En effet, dans un contexte de forte inflation, et si les taux plafond permettent d’accorder des crédits immobiliers responsables, l’achat de son logement peut représenter une protection pour une partie de son budget.

La logique d’accompagnement des banques françaises, en particulier depuis le début de la crise sanitaire, doit pleinement jouer pour leurs clients, particuliers comme entreprises : dans les inquiétudes comme dans les projets d’investissement, « on gagne toujours à aller voir son banquier ! » et à anticiper.

Revoir l’interview de Maya Atig avec La Tribune (à partir 30’05). 

De gauche à droite : Maya Atig, Cécile Beliot-Zind, Philippe Mabille et Sylvie Jéhanno.

0 document sélectionné

Partager cet article