2 Min

Observatoire des crédits aux ménages

27ème rapport annuel de l’Observatoire des crédits aux ménages 2014

L’Observatoire des Crédits aux ménages a présenté ses conclusions sur le comportement des Français à l’égard du crédit à la consommation et du crédit immobilier en 2014.

En 2014, le taux de détention des crédits a de nouveau reculé pour s’établir à 46,5 %, en dessous des bas niveaux déjà constatés en 2012 et en 2013 : c’est le niveau le plus bas que l’Observatoire a eu à connaître depuis 1989.

La reprise du marché de l’ancien constaté dès le printemps 2013 n’a pas été assez rapide pour contrarier la tendance récessive du taux de détention des crédits immobiliers : et cette reprise a été interrompue au cours du printemps 2014, par la mise en œuvre de certaines dispositions de la loi ALUR. Aussi, comme les dispositions du Plan de Relance de la construction, dont la plupart étaient à effet au 1er octobre 2014, n’ont pas eu le temps suffisant pour inverser les tendances, le taux de détention des crédits immobiliers a encore reculé en 2014, pour s’établir à 30,6 % sous l’effet notamment du repli du taux de diffusion de l’accession à la propriété.

Dans un environnement macroéconomique peu propice à la réalisation des projets de consommation durable (électroménager, automobile et motocycle, travaux d’amélioration du logement), l’usage des crédits à la consommation a connu un nouveau recul. Sous l’effet de la loi Hamon venant renforcer les dispositions de la loi Lagarde, l’usage du crédit à la consommation recule en 2014, bien au-delà des conséquences que la dégradation de l’environnement économique aurait pu provoquer.

A la fin de l’année 2014, 25,6 % des ménages détenaient ce type de crédits, donc au plus bas depuis la création de l’Observatoire. Il est vrai que les ménages qui recourent aux crédits ne sont guère optimistes, comme cela se constate d’ailleurs pour les ménages qui ne détiennent pas de crédit : même si l’appréciation qu’ils portent sur leur situation financière semble se stabiliser, ils se sentent moins à l’aise avec leur budget que par le passé, sous l’effet d’une conjoncture macroéconomique défavorable.

Quant aux intentions de souscription de nouveaux crédits pour les six premiers mois de 2015, après une année 2014 qui fait figure d’embellie, elles sont redescendues à leurs bas niveaux des années 2011-2012.

27ème rapport annuel de l'Observatoire des crédits aux ménages 2014

178.03 Ko

Telecharger 27ème rapport annuel de l'Observatoire des crédits aux ménages 2014

Tableau de bord 27eme rapport annuel de l'Observatoire des crédits aux ménages 2014

73.55 Ko

Telecharger Tableau de bord 27eme rapport annuel de l'Observatoire des crédits aux ménages 2014

0 document sélectionné

Partager cet article