Accueil Espace presse Communiqués INFO PRESSE - Réaction de la FBF sur la mobilité bancaire et les commissions d'intervention  
 
 
 

Communiqué de presse  

 


INFO PRESSE - Réaction de la FBF sur la mobilité bancaire et les commissions d'intervention

1. Service gratuit d'aide à la mobilité bancaire :


Aujourd'hui, changer de banque en France est simple. Depuis février 2017, a été mis en place un service efficace d'aide à la mobilité bancaire. Il suffit de demander à sa nouvelle banque d'accueil, elle se charge de toutes les démarches. Ce service, entièrement gratuit pour le client, fonctionne bien, puisque 2,4 millions de Français ont pu en bénéficier depuis février 2017. Les Français le connaissent, pour preuve, le premier bilan de ce service en juillet 2018 a montré que près de 7 Français sur 10 connaissaient son existence. Aujourd'hui, 85% des utilisateurs en sont satisfaits et près de 92 % le recommanderaient. Quant à la qualité de service, elle a atteint plus de 99%.

Il serait paradoxal de vouloir changer ce dispositif d'une grande facilité pour changer de compte bancaire. Ce dispositif est gratuit, fonctionne, donne satisfaction et répond aux souhaits tant des consommateurs, des associations que des banques. Il n'y a pas plus simple : une seule demande auprès de sa nouvelle banque suffit. Qui plus est, ce service a nécessité des investissements lourds et couteux de la part de banques, et il serait contreproductif de le modifier.

Par ailleurs les français n'éprouvent pas le besoin de changer de banque tous les 4 matins, d'abord parce qu'ils sont 78% à avoir une bonne image de leur banque, et ensuite parce que le poids des services financiers dans le budget des ménages est modéré : 0,4% en 2018 et restent inférieurs à l'inflation.


2. Concernant les commissions d'intervention :


Derrière un incident de paiement, il y a toujours un particulier, un professionnel ou une entreprise qui n'est pas payé et qui attend son argent. Ces incidents de paiement entrainent un traitement lourd pour les banques et une intervention particulière pour voir si l'opération peut tout de même être honorée dans l'intérêt du client, ce qui a un coût.

Le sujet des frais, dont les commissions d'intervention, auquel les publics fragiles financièrement étaient particulièrement sensibles, a été pris en considération par les banques françaises. Elles ont mis en place des plafonds qui évitent le cumul des frais pour ces populations. La mise en place de ces plafonds, ainsi que l'annulation de toutes les hausses des tarifs bancaires pour les particuliers annoncés par les banques au même moment (déc 18), ont un impact positif sur le pouvoir d'achat.

CONTACT

Benoît Danton
email : bdanton@fbf.fr
Tel : +33 (0)1 48 00 50 70

 
 
Retour haut de page