holder

Juin 2017

Non, on ne transige pas avec la sécurité !

La cyberattaque massive qui a eu lieu en mai dernier doit amener tout le monde à revoir sa façon de penser.

C'est le cas dans le domaine des paiements, où depuis quelques années, la Commission européenne a raisonné uniquement en termes de concurrence.

Pour faire baisser les prix, il fallait à tout prix imposer de nouveaux acteurs. Comme c'est souvent le cas, on a oublié les considérations industrielles et les infrastructures : qui les finance ? qui en assure la maintenance ? Et pourtant, les infrastructures de paiement nécessitent des investissements très importants et sans cesse renouvelés pour toujours plus d'efficacité et de sécurité.

Plus grave : les questions de sécurité ont été mises au second
plan !
Certes, la directive sur les services de paiement (DSP2) impose un haut niveau de sécurité mais avec une malfaçon. Les standards de sécurité, renvoyés à l'autorité compétente (l'ABE - Autorité Bancaire Européenne), n'entreront en vigueur qu'après la directive elle-même qui impose d'ouvrir l'accès aux données de paiements et aux données clients à de nouveaux entrants, agrégateurs de comptes et tiers de paiement.

Plus grave encore : l'ABE a proposé des standards de sécurité sérieux, après de longs mois de travail et de consultation. Et voilà qu'ils sont immédiatement contestés par les nouveaux acteurs. Ceux-ci les jugent trop lourds et poussent le Parlement européen à les rejeter si la Commission européenne ne les affadit pas. Le compromis à la bruxelloise se profile et on risque fort de renoncer à la ceinture de sécurité obligatoire pour circuler sur l'autoroute !

C'est là que les banques disent non ! Non, la sécurité ne se négocie pas. Le travail de l'EBA, seule à disposer d'une compétence forte en la matière, ne doit pas être affadi au nom de quelques intérêts particuliers. On ferait mieux de se poser la question de leurs intentions : ce n'est pas très rassurant de commencer par demander un abaissement des normes de sécurité lorsque l'on prétend intervenir dans le domaine des paiements.

Car la sécurité d'une chaîne de paiements est celle de son maillon le plus faible !

Les clients ont le droit de continuer à avoir confiance dans la sécurité de leurs données personnelles et de leurs fonds. Cette confiance, c'est une richesse et une fierté pour le secteur bancaire. C'est pourquoi la bataille de la mise en oeuvre de la loi DSP2 est pour nous fondamentale et que l'on ne nous trouvera pas prêts à transiger sur les questions de sécurité (Lien vers le CP de la FBE).

Marie-Anne Barbat-Layani
Directrice générale de la Fédération bancaire française

Tweeter : @FBFFranceTweeter : LinkedIn

Nos Positions

Bâle : attention danger !
Depuis des mois, les banques européennes et japonaises alertent sur le risque d'un " mauvais accord " à Bâle et dénoncent le manque de transparence des travaux du Comité. Heureusement, les responsables européens restent vigilants et refusent de mettre en péril le financement de l'économie européenne. Mais une offensive du Comité se dessine pour la mi-juin et la pression sera maximale pour faire flancher les européens en faveur d'un très mauvais accord. Ils sauront, espérons-le, défendre leurs intérêts légitimes.

2 203 milliards d'euros de crédit : les banques moteurs de la croissance de l'économie française
Ce dynamisme du crédit, avec une performance supérieure à 5%, situe la France au premier rang de la zone euro, avec un accès au crédit élevé et un contexte de taux toujours favorable aux entreprises et aux ménages. Les banques accompagnent les entreprises : en hausse de 5,3% sur un an, les encours de crédits atteignent 927 milliards d'euros. L'accélération observée sur les six derniers mois marque une des plus fortes progressions du crédit aux entreprises depuis 2009. Les banques sont également aux côtés des ménages, pour le financement de tous leurs projets. Les crédits aux ménages atteignent à 1 112 milliards d'euros, en hausse de 5,6% sur un an.

Lien vers la présentation financement de l'économie

L'année de la banque en 2016
2016 a été une année satisfaisante pour l'industrie bancaire française. Les résultats des banques ont été bons, de même que l'image de la banque, qui avec 68% d'opinions favorables, est à son niveau le plus élevé depuis 10 ans. Et la solidité de notre secteur est un atout face aux défis à relever : la règlementation avec les travaux du Comité de Bâle, l'incertitude sur l'avenir de l'Union européenne à la suite du vote du Brexit, un environnement économique et de taux inédits, et l'accélération de la transformation numérique.

Retrouvez dans ce rapport les chiffres clés et les temps forts de l'industrie bancaire française en 2016

Ils l'ont dit

Conseil d’administration de la Fédération bancaire européenne (FBE), 08/05/2017 à Malte
05/08/2017
"Il appartient maintenant aux décideurs publics de finaliser l’agenda réglementaire et de trouver le bon équilibre, en évitant toute répercussion sur le financement des ménages et des entreprises tout en assurant le développement d'un secteur européen de services financiers sûr, durable et compétitif qui profite à toutes nos économies" a expliqué le président du Conseil d’administration de la FBE, Frédéric Oudéa.

FBF dans les médias

Marie-Anne Barbat-Layani invitée de l'émission "Eco d'ici Eco D'ailleurs" – RFI

14/4/2017

La directrice générale de la FBF est intervenue à la radio sur le sujet des nouvelles formes de bancarisation. Elle a rappelé que l'intégration du digital dans la banque n'est pas nouvelle et que les applications bancaires sont parmi les plus consultées au quotidien. Elle a également insisté sur le fait que "le modèle bancaire français est celui de la banque universelle de proximité qui répond à beaucoup de besoins du client en même temps." A ce titre, l'émergence des Fintech ne constitue pas une menace pour les banques mais plutôt une opportunité en matière d'innovation. Cependant, l'innovation ne doit pas signifier dérégulation. En effet, "la règlementation est essentielle pour maintenir la confiance des clients dans le secteur financier au sens large et doit donc s'appliquer à tous. [..] La sécurité est un enjeu absolument colossal."

Lire l'interview

Le « Bank Bashing » dénoncé par l’industrie bancaire française (Dépêche AFP, article dans Le Monde)

28/4/2017

La FBF et plusieurs syndicats représentatifs du secteur ont dénoncé les propos injurieux formulés par Gilbert Collard. La profession bancaire et ses 370 000 salariés ont réagi car nous étions choqués par ces propos qui portaient atteinte à notre dignité tant professionnelle que personnelle. Nous sommes fiers de travailler au sein de nos établissements et fiers de notre engagement au service des Français et de l'économie de notre pays !

Lire le communiqué

Les associations bancaires française et chinoise renforcent leur coopération (Dépêche AFP)

23/5/2017

Philippe BRASSAC, président de la FBF, et Guangwei PAN, président directeur général de la China banking association ont soulignés que dans le cadre des discussions franco-chinoises, les industries bancaires avaient beaucoup à partager et à coopérer en matière de financement vert, Fintech et réglementation internationale. En effet ce partenariat accord vise à mettre en place un dialogue régulier et une coopération mutuelle entre les deux associations bancaires. Ces échanges porteront sur les évolutions de l'industrie bancaire et pourront aboutir également à l'élaboration de positions communes sur le plan de la réglementation bancaire internationale. Les deux associations envisagent aussi de pouvoir approfondir des sujets tels que la formation des collaborateurs de banque, la finance verte, l'évolution numérique des systèmes bancaires.

Lire le communiqué

Agenda

Juin
8

BCE : Conférence de presse sur la politique monétaire (Tallinn)

Juin
12 - 14

Fund Forum International 2017 (Berlin)

Juin
14 - 15

Comité de Bâle (Suède)

Juin
15

Eurogroup

Juin
16

Conseil ECOFIN

Juin
16

Conférence ACPR (Paris) : "Quels risques, quelles réglementations, quelle supervision pour les banques ?" / Intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Juin
19 - 25

Semaine de l'énergie durable de l'UE

Juin
20

FIN&TECH Community, Paris

Le tweet du mois

Le chiffre du mois

[Communiqué] Fiers de notre métier et de notre engagement au service de l'économie de notre pays
@FBFFrance

150 logements et 420 véhicules sont financés chaque heure par les banques