Accueil Espace presse Interventions de la FBF Marie-Anne Barbat-Layani : "La sécurité et la confiance sont essentielles dans la relation banque / client"  
 
 
 

Infos  

 
11 septembre 2017

Marie-Anne Barbat-Layani : "La sécurité et la confiance sont essentielles dans la relation banque / client"

Marie-Anne Barbat-Layani était invitée dans l'émission Soft Power de France Culture. Elle est revenue sur les défis actuels et à venir des banques françaises.

 

Un modèle bancaire unique

La proximité est un atout des banques françaises. La Directrice de la FBF confirme : "Les français demandent de la proximité, ils plébiscitent le modèle bancaire français. Et le numérique est un facteur de proximité au même titre que le conseiller bancaire qui reste une référence pour les français".

Selon la dernière étude Deloitte (septembre 2017), le sentiment de confiance et la satisfaction des français envers leur banque restent élevés avec 66%.

Les banques sont des acteurs digitaux

Les grandes banques que l'on appelle "traditionnelles" sont des acteurs digitaux. Marie-Anne Barbat-Layani rappelle qu'"elles ont des sites web depuis les années 2000, elles ont toutes des applis que vous avez tous dans votre poche. Tous les matins, les gens regardent la météo, les réseaux sociaux et leur appli bancaire !".

Les banques sont extrêmement attentives à l'innovation et collaborent étroitement avec les Fintech (rachats, partenariats...). "Un des atouts de la place financière française est d'avoir toute cette créativité et cet écosystème de banques et de FinTech qui travaillent ensemble".

La sécurité au cœur des interrogations

Le numérique fait naître de nouveaux acteurs qui ne sont pas des banques comme les agrégateurs. "Cela va amener de gigantesques questions notamment sur la sécurité parce que ce que vous attendez de votre banque, c'est qu'elle protège vos fonds et vos données personnelles".

A l'heure des cyberattaques, la question à se poser est "qu'est-ce que ces nouveaux entrants vont faire des données et comment maintenir la sécurité du système de paiement avec autant de points d'entrée dont on ignore le niveau de sécurité ?". Marie-Anne Barbat-Layani conclut ainsi : "En cas de compromission majeure de données, la perte de confiance concernerait le secteur financier dans sa globalité. C'est un enjeu existentiel."




 
 
 
 
Retour haut de page