holder

Mars 2016

BFI européennes, reprendre la main...

Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice générale de la FBF

Dix points de parts de marché en dix ans, c'est le terrain perdu par les banques de financement et d'investissement européennes sur leur propre territoire. Au bénéfice quasi exclusif de leurs concurrentes américaines. L'Europe ne peut rester indifférente à une telle évolution, aussi rapide et radicale.

L'an dernier, les BFI européennes ne pesaient plus que 46% de leur marché domestique. La cote d'alerte est atteinte. Surtout que leurs concurrentes américaines sont désormais sur leurs talons. Ces chiffres sont issus d'une étude de Bruegel, think-tank respecté pour son indépendance et son expertise en matière bancaire et financière. Le constat est si implacable que ses auteurs tirent la sonnette d'alarme : " Les Etats-Unis dominent la banque d'investissement : est-ce un problème pour l'Europe ? ". La réponse est évidemment dans la question.

Oui, nous devons nous inquiéter de voir les BFI européennes perdre peu à peu de leur influence. Tout d'abord parce que dans une industrie mondialisée comme la banque d'investissement, il est nécessaire de pouvoir s'appuyer sur une base domestique solide. C'est une leçon bien comprise outre-Atlantique où les BFI de Wall Street se taillent la part du lion sur leur marché. Ensuite, parce que disposer de BFI solides, efficaces, au service de leurs clients est devenu une nécessité absolue pour la compétitivité des entreprises. Nous mesurons actuellement l'effet boomerang de la première phase de réglementation post-crise et son impact sur l'activité des banques et la taille de leurs bilans qui diverge fortement entre l'Europe et Les Etats-Unis. Alors que la crise financière est venue des banques américaines, et singulièrement des BFI de Wall Street avec la faillite de Lheman Brothers, les fusions bancaires organisées outre-Atlantique ont créé des mastodontes financiers qui partent à l'assaut de l'Europe. S'y ajoute une réglementation qui leur est, en général, structurellement beaucoup plus favorable, quand l'Europe ne se tire pas une balle dans le pied en les favorisant.

Nous sommes ici au coeur du sujet : celui de l'utilité des BFI dans un modèle de financement de l'économie en pleine révolution avec la place croissante des marchés. La Commission européenne en a tiré les conclusions en faisant de l'Union des marchés de capitaux une de ses priorités. Elle ne saurait donc dans le même temps se résoudre à voir ses banques de financement et d'investissement abandonner du terrain. Aussi est-il urgent de peser les conséquences de toute future évolution réglementaire sur la compétitivité de nos BFI. Face à une concurrence féroce, soyons vigilants à ne pas les handicaper, par exemple en remettant inutilement en cause le modèle de banque universelle. Dans sa conclusion, Bruegel presse la Commission européenne de considérer son secteur bancaire et financier comme stratégique. Nous ne saurions dire mieux.

Marie-Anne Barbat-Layani
Directrice générale de la Fédération bancaire française

Tweeter : BFI européennes, reprendre la main...Tweeter : Prime Time

Nos Positions

Parler d'argent aux enfants n'est plus tabou
Parler d'argent aux enfants à l'école n'est plus tabou et il n'y a (presque) pas d'âge pour le faire. C'est pourquoi la Fédération bancaire française s'associe à la semaine européenne de l'argent du 14 au 18 mars, initiative de la Fédération Bancaire Européenne. La FBF, dans le cadre de son programme d'éduction financière " les clés de la banque " organise pour la deuxième année consécutive avec ses comités territoriaux, l'opération " J'invite un banquier dans ma classe " pour sensibiliser les élèves de 8-11 ans d'une centaine de classes aux notions budgétaires de base. Le principe ? Eduquer par le jeu et l'échange. Les enseignants qui le souhaitent invitent donc un banquier à répondre aux questions des élèves pendant un jeu où les enfants se familiarisent avec quelques règles élémentaires pour gérer de façon responsable leur argent de proche. Cette démarche, 100% pédagogique et ludique, organisée avec une charte éthique, n'a évidemment aucune visée commerciale.

Plus d'informations sur l'opération "J'invite un banquier dans ma classe"

Des dépôts encore mieux protégés
L'argent que j'ai déposé à la banque est-il en sécurité ? De quelles garanties vais-je bénéficier si ma banque rencontre des difficultés ? Ces interrogations des déposants et des épargnants, on ne peut plus légitimes, ressurgissent au gré de l'actualité. Toute l'action des régulateurs et des superviseurs depuis des années a justement consisté à leur apporter le plus de garanties possibles quant à la sécurité de leurs biens. Sans revenir sur les multiples systèmes de sécurité renforcée qui ont conduit les banques à doubler leurs fonds propres, la dernière avancée en date est la directive dite résolution, entrée en vigueur le 1er janvier dernier. Outre un arsenal préventif, ce dispositif impose aux banques de disposer des ressources nécessaires pour faire face elles-mêmes à d'éventuelles difficultés, sans que ni les Etats ni les déposants ne soient mis à contribution. S'y ajoute en France le Fonds de Garantie des Dépôts qui offre une garantie additionnelle aux clients des banques. En un mot, jamais les dépôts n'ont été aussi bien protégés.

Pour en savoir plus

Ils l'ont dit

François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France

"La réalité est que les banques françaises sont aujourd’hui très solides, beaucoup plus qu’avant la crise de 2007-2008. Leur ratio de solvabilité CET1, c’est-à-dire leurs fonds propres durs comparés à leurs risques, a doublé entre 2008 et 2015, de 5,8% à 12%, soit 132 milliards d’euros de plus à la suite du renforcement bienvenu de la régulation".
Paris, 2 mars 2016, Audition devant la Commission des finances de l’Assemblée nationale.

FBF et média

Option Finance

7/3/2016

Financement : les entreprises françaises plus favorisées que leurs homologues européennes

Le magazine Option Finance revient sur les bons chiffres du financement des entreprises en France, tant en évolution des encours que concernant les taux d’intérêt. Le magazine, qui s’appuie sur les chiffres de la BCE, rappelle qu’à fin décembre l’encours des crédits aux entreprises progresse de 3,3% en France alors qu’il est tout juste stable en zone euro. Le taux moyen pour les entreprises françaises est de 1,97% contre 2,65 % en moyenne dans la zone euro.


Marianne

4/3/2016

Gare aux cartes bancaires prépayées !

Faire reculer l’anonymat dans les moyens de paiement pour plus de traçabilité des transactions est un des combats de la Fédération bancaire française. Le magazine Marianne évoque dans son édition daté du 4 mars le cas des cartes prépayées et des risques qu’elles peuvent présenter en matière de sécurité. Le magazine rappelle que dès 2011 Tracfin, la cellule du ministère français des finances spécialisée dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, pointait les menaces liées à ces cartes. Interrogé, Willy Dubost, Directeur du département Systèmes et Moyens de Paiement à la FBF, souligne les risques que fait peser l’anonymat sur les systèmes de paiement.


Le Figaro

4/3/2016

Le secteur immobilier rejoint les rangs des défenseurs du crédit à taux fixe

Plusieurs fédérations professionnelles de l’immobilier se sont alarmées dans les colonnes du Figaro des projets du Comité de Bâle en matière de gestion des risques de taux et de crédit, et des conséquences qu’ils pourraient avoir sur le financement du logement en France. C’est un combat que mène la FBF depuis de longs mois. Interrogée, Marie-Anne Barbat-Layani a rappelé au Figaro que les banques françaises sont très attachées au crédit immobilier à taux fixe, comme leurs clients. Elles sont en meilleure position que les particuliers pour gérer le risque de taux, et le crédit immobilier français est particulièrement sûr. Si l’équilibre du système devait être remis en cause, ce sont les emprunteurs qui seraient pénalisés, sans aucun bénéficie pour la sécurité financière !


Agenda

Mars
14 - 18

European Money Week - participation de la FBF avec l'opération "J'invite un banquier dans ma classe"

Mars
17

Payforum 2016, Paris - Intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Mars
22

Remise du prix 2016 du "Meilleur article financier" par Marie-Anne Barbat-Layani (en partenariat avec l'Association des journalistes économiques et financiers et la Banque de France)

Mars
29

FBF partenaire des "Rencontres Euro PP", Paris - Introduction de Michel Sapin, Ministre des Finances et des comptes publics

Avril
5

Conférence "Combattre le financement du terrorisme : règlementation, moyens et répression en France, en Europe et aux Etats-Unis", organisé par l'ESCP Europe à Paris - Intervention de Marie-Anne Barbat-Layani

Avril
6

Conférence "La Disruption Blockchain" organsiée par Developement Institue (Dii) - Intervention de Willy Dubost

Tweet du mois

Chiffre du mois

#Taux fixes #garantie #solvabilité des ménages : modèle de distribution #crédit #immobilier vertueux #CNI @FBFFrance
@FBFFrance

46 % des cadres dans le secteur bancaire sont des femmes (source : Enquête annuelle de l'AFB auprès de ses banques adhérentes. Données au 31/12/2014)