holder

Décembre 2015

Les banques françaises au rendez-vous de la COP 21

Marie-Anne Barbat-Layani, Directrice générale de la FBF

Prime Time, c'est la nouvelle newsletter mensuelle de la Fédération bancaire française, entièrement conçue pour une consultation rapide sur tablettes et smartphones. Sans ambition d'exhaustivité, juste l'essentiel en quelques lignes, pour le plus grand nombre. Elle donne un coup de projecteur sur l'actualité de la profession bancaire, ses engagements, son agenda. En français et en anglais, car la banque se pense en France et en Europe.

Banque et climat. Les deux mots s'associent dans le partenariat officiel de la profession bancaire avec la COP 21. Rien d'artificiel à cela. Le financement de la lutte contre le réchauffement climatique est un enjeu clé et une opportunité pour les banques. C'est pour elles à la fois une question de responsabilité sociale et un enjeu économique. Une opportunité de démontrer leur savoir-faire de banques universelles, en accompagnant aussi bien les éco-projets et l'épargne des particuliers que les investissements verts des entreprises. Ceux-ci exigent de l'innovation, des financements structurés, et des financements de marché, notamment à travers les greens bonds, où les banques françaises sont aujourd'hui parmi les leaders mondiaux. Pour cela, il faut un cadre réglementaire adapté : c'est l'un de nos principaux combats. Pour en savoir plus, consultez notre document de référence Banque et Climat ainsi que le site dédié pour le grand public (banqueetclimat.com).


La FBF a également voulu débattre avec les acteurs, politiques et économistes, engagés dans la transition énergétique. Ce fut l'objet de son colloque banque et climat, ouvert par le ministre des Finances, Michel Sapin, le 24 novembre dernier. L'occasion pour la FBF de rappeler que les pouvoirs publics doivent donner les bons signaux économiques, réglementaires et fiscaux pour permettre au monde économique et financier de jouer son rôle, et de présenter la Contribution de l'Union bancaire francophone pour la lutte contre le réchauffement climatique. 11 associations nationales et 3 fédérations régionales ont signé en faveur des investissements et des financements de solutions et de technologies bas-carbone. A nous maintenant de ne pas relâcher notre effort collectif !



Marie-Anne Barbat-Layani
Directrice générale de la Fédération bancaire française

Tweeter : Sortie de la nouvelle #newsletter FBF - Prime Time #actualités #banques françaisesTweeter : Prime Time

Selon nous...

La réglementation bancaire en plein paradoxes
Alors qu'un projet de directive européenne, dit de " séparation des banques ", vise à réduire la taille des banques, et notamment de leurs activités de marché, une nouvelle réglementation internationale va s'appliquer pour renforcer la sécurité des très grandes banques et définitivement régler la question du " too big to fail " comme le disent maintenant les régulateurs comme Mark Carney, Président du Conseil de Stabilité Financière, et les agences de notation. C'est le TLAC, Total Loss-Absorbing Capacity, qui définit de nouvelles exigences en fonds propres et dettes convertissables en capital. Ce nouveau coussin de sécurité " spécial grandes banques " vient s'ajouter au récent dispositif européen " MREL " (Minimum Requirement for own funds and Eligible Liabilities). Les couches de capital s'accumulent, sans cohérence, et sans tenir compte des modèles de risques. De quoi remettre en cause les banques françaises universelles qui ont pourtant mieux résisté à la crise que les banques anglo-saxonnes (Etude BCE). Et le financement de l'économie dans tout ça... ?

Communiqué du 10/11/2015

Lutte contre le financement du terrorisme : tous mobilisés
La réglementation s'appuie sur trois dispositifs : le gel des avoirs à la demande des autorités publiques, les communications systématiques d'informations et les déclarations de soupçons à Tracfin, dont les seules banques assurent plus de 80 %. Les banques françaises sont résolument engagées dans la lutte contre le financement du terrorisme et saluent le souhait des pouvoirs publics d'en améliorer encore l'efficacité. Celle-ci exige que tous les acteurs de la chaîne des paiements, établissements de crédit, établissements de paiement et établissements de monnaie électronique soient soumis aux mêmes obligations. Sans exception. Depuis longtemps, la profession bancaire attire l'attention sur certains moyens de paiement anonymes comme les cartes prépayées.

Communiqué du 20/11/2015

FBF et média

Les Echos

14/9/2015

"En matière de règlementation bancaire, l’Europe ne doit pas être naïve"

Frédéric Oudéa, Président de la FBF depuis le 1er septembre 2015 : "La question aujourd'hui est de savoir si l'environnement réglementaire nous permettra de continuer à servir nos clients dans le cadre d'un modèle de financement qui a fait la preuve de son efficacité. Evitons d'affaiblir notre modèle de banque universelle et de nous voir imposer des modes d'organisation inadaptés aux besoins de nos économies. Il en va aussi de la souveraineté financière de l'Europe".


Option Finance

16/11/2015

"Moyens de paiement : le big bang"

Ce n’est que le début. Après l’adoption par le Parlement européen le 8/10/15 de la directive révisée sur les moyens de paiement (DSP2), la libéralisation du marché des moyens de paiements va stimuler l’innovation et la concurrence. A quel prix ? Les perspectives ouvertes à de nouveaux acteurs non-bancaires soulèvent bien des questions en termes de sécurité des données clients. Willy Dubost, directeur des systèmes et moyens de paiement à la FBF alerte sur la nécessité pour tous les acteurs du marché d’être régulés et supervisés de la même façon.


Le Monde

4/11/2015

"Les travaux d’Hercule du gendarme européen"

Un an après la mise en place du mécanisme de supervision unique (Single Supervisory Mechanism), qu’est-ce qui a changé dans la supervision des banques ? L’interlocuteur, devenu directement la Banque centrale européenne pour les 123 plus grandes banques de la zone euro. "Une révolution nécessaire pour que (celle-ci) fonctionne mieux". commente Marie-Anne Barbat-Layani, "Et le passage des tests de résistance pour les banques était indispensable pour restaurer la confiance dans la solidité du secteur bancaire et assoir la crédibilité du superviseur".


Agenda

Décembre
09

Solutions Climat. Grand Palais Paris. Conférence "Régulation financière et lutte contre le réchauffement climatique".

Décembre
10

Participation de Marie-Anne Barbat-Layani au séminaire "Régulation financière" de l'Agefi. Paris

Décembre
10

Livre vert de la Commission Européenne sur les services financiers de détail

Décembre
14-15

Forum OCDE sur la croissance verte et le développement durable. Paris

Décembre
16

Conférence de la Banque de France et France Stratégie sur la compétitivité de l'économie française. Paris

Décembre
17

Lecture définitive du Projet de Loi de Finance 2016.

Le tweet du mois

Le chiffre du mois

Les services en ligne des #banques françaises réduisent jusqu'à 25% la consommation de papier #COP21
@FBFFrance

2.077 milliards d'euros, c’est le total des encours de crédits à l'économie
Source : Banque de France, à fin oct. 2015