Accueil Espace presse Interventions de la FBF Marie-Anne Barbat-Layani : « Les banques sont des acteurs clé du financement de l’innovation »  
 
 
 

Infos  

 
16 décembre 2016

Marie-Anne Barbat-Layani : « Les banques sont des acteurs clé du financement de l’innovation »

La directrice générale de la FBF réaffirme le soutien de la profession bancaire aux entreprises innovantes

 


Dans une tribune pour le Magazine des Professions Financières et de l'Economie, Marie-Anne Barbat-Layani souligne le rôle majeur des banques dans le financement de l'innovation en France : "Le financement des entreprises passe à 61% par le crédit bancaire".


Elle explique comment les banques peuvent intervenir selon que l'entreprise est jeune et innovante (start-up) ou que l'entreprise est déjà présente sur le marché et en croissance. Une jeune entreprise nécessite des fonds durant la phase d'amorçage de son activité, avant même de gagner de l'argent. Dans ce cas-là, il s'agit pour le banquier d'évaluer le projet de l'entreprise au regard du potentiel de son marché et du développement de son offre. Pour une entreprise plus ancienne et en croissance, avec produits/services déjà existants et des perspectives de marché solides, le banquier pourra appuyer son évaluation sur son historique.


Elle souligne que le métier de la banque est de financer via le crédit et que "le financement en fonds propres, essentiel aux start-up, relève du métier d'investisseur, et dans ce domaine la réglementation Bâle III ne facilite pas l'implication des banques, en imposant un ratio de solvabilité très élevé."


L'implication des banques ne se limite pas au financement, certaines d'entre elles ont mis en place des centres dédiés aux PME et start-up innovantes pour les aider à croître.


Marie-Anne Barbat-Layani conclue en rappelant que le renforcement du niveau de fonds propres de l'entreprise est un enjeu majeur car en dépend sa capacité d'endettement : "Ainsi, le renforcement de l'innovation des entreprises doit être appuyé par une meilleure orientation de l'épargne, et donc une fiscalité qui doit inciter à l'investissement de long terme dans les entreprises."

 
 
 
 
Retour haut de page