Accueil Espace presse Interventions de la FBF Marie-Anne Barbat-Layani : "nous ne sommes pas face à une explosion des frais bancaires"  
 
 
 

Infos  

 
03 janvier 2017

Marie-Anne Barbat-Layani : "nous ne sommes pas face à une explosion des frais bancaires"

Interrogée par Jean Leymarie sur Franceinfo, la directrice générale de la FBF est revenue sur l'évolution des tarifs bancaires pour l'année 2017 mais aussi la situation du secteur bancaire français.

 

"Une évolution des tarifs maitrisée"

Selon l'Observatoire des tarifs bancaires 2016 (piloté par le CCSF) la hausse des tarifs bancaire est "maîtrisée" contrairement à ce que l'on peut lire dans certains journaux qui parlent d'une "explosion des prix". Les services financiers ne représentent que 0,7% du budget des ménages.

La facturation des frais de tenue de compte n'est pas une spécificité française, elle concerne toute l'Europe. Par ailleurs, en France, "elle ne concerne que 20 à 30% des clients en moyenne". De nombreux clients en sont exonérés ou bénéficient de réductions : c'est le cas des jeunes, des personnes qui ont des offres dites spécifiques pour les clientèles fragiles, c'est le cas aussi des nombreuses personnes qui ont un package ou un contrat global de services avec leur banque.

"Il y a un service qui est rendu et qui est facturé selon la politique tarifaire de chaque établissement. C'est extrêmement sain qu'il y ait des différences tarifaires. Les Français le savent : ils peuvent faire jouer la concurrence, ils peuvent changer de banque."

Marie-Anne Barbat- Layani rappelle que "les Français sont contents de leur banque : 78% en ont une image positive."

L'évolution des tarifs est fortement liée au sujet de la rentabilité, et notamment celle de la banque de détail. "Les contraintes réglementaires se multiplient ; les banques sont de plus en plus sollicitées pour détecter les opérations de blanchiment ou les opérations de financement du terrorisme. Ces systèmes de détection d'anomalies et de connaissance client ont un coût".

"La digitalisation du secteur nécessite des moyens pour apporter au client une expérience de plus en plus fluide, mobile et sécurisée."

"Un secteur bancaire français solide et performant."


"La banque est un des secteurs d'abord stratégique et ensuite qui est performant en France". Selon l'OCDE c'est un des six grands atouts de l'économie française ; d'avoir un secteur bancaire à la fois solide et performant et qui finance bien l'économie.

Marie-Anne Barbat-Layani ajoute : "La rentabilité des banques française était ainsi de 6,7% en 2015 contre 8,4% pour les banques américaines, on est très loin des niveaux d'avant la crise". Et de préciser qu'aujourd'hui les autorités de contrôle ne sont plus préoccupées par la solvabilité des banques qui est un problème résolu après la crise, mais maintenant par leur niveau de rentabilité.

 
 
Sur les autres sites
 
 
Retour haut de page